Prism et Cie - L'Angleterre cheval de Troie des USA

Formes et fond de la société de l'information.
Vie privée et atteintes à la vie privée, sécurité et insécurité sous les angles politiques, économiques, théoriques, moraux, philosophiques.
Ici, nous faisons, défaisons et refaisons le monde

Modérateur: Modérateurs et Modératrices

Prism et Cie - L'Angleterre cheval de Troie des USA

Messagede pierre » 04 Nov 2013, 03:44

Bonsoir,

Extrait des révélations de Snowden concernant la France et montrant que, au sein du pacte UKUSA, l'Angleterre est active contre la France.

Le 17 juin 2013, le Guardian révèle, grâce aux documents fournis par Snowden, que le Royaume-Uni a mené une large opération d'espionnage des communications des participants au G20 de Londres en avril et septembre 2009. Selon les documents consultés par The Guardian, le Government Communications Headquarters (GCHQ), le service de renseignement électronique du gouvernement britannique, a eu accès aux communications Internet et téléphoniques des participants, une équipe de quarante-cinq personnes était affectée, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, à cette vaste opération de surveillance. Celle-ci incluait notamment le piratage des ordinateurs utilisant les connexions Internet sans fil dans des cafés, leur permettant d'intercepter des courriels. Les Britanniques ont également eu accès aux e-mails et aux appels passés depuis les téléphones mobiles de marque BlackBerry des participants.

Le 21 juin 2013, Edward Snowden affirme au Guardian que les autorités et les services secrets britanniques espionneraient les liaisons téléphoniques et informatiques transitant par des câbles sous-marins de télécommunications utilisant la fibre optique qui relient les États-Unis à l'Europe, ceux-ci pouvant transmettre jusqu'à 21 petaoctets de données par jour. Baptisé Tempora, ce projet, en place depuis fin 2011, permettrait au GCHQ de « puiser » les données (des emails, des messages Facebook, ou des historiques de recherches d'internautesx), dans plus de deux cents câbles sous-marins de télécommunications et de les conserver durant trente jours. Les résultats de ces écoutes seraient transmis à la sécurité intérieure américaine, la NSA.

Le 2 août 2013, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung révèle que le dispositif Tempora, en place depuis fin 2011, permet d'écouter, stocker et historier les données (emails, messages Facebook, recherches d'internautesx), sur plus de deux cents câbles sous-marins de télécommunications (l'historique détaillé serait conservé durant trente jours, le temps de consolidation des données, et de servir aux statistiques de tracking et profiling. Les résultats de ces écoutes seraient transmis à la NSA (sécurité intérieure américaine). Les sociétés British Telecom, Vodafone Cable, Verizon Business, Global Crossing, Level, Viatel et Interoute ont offert au GCHQ (service de renseignements électronique du gouvernement britannique) un accès illimité à leurs câbles. Ces câbles transportent une grande part des communications téléphoniques et du trafic internet mondial, couvrant notamment la France, les Pays-Bas et l'Allemagne. Le GCHQ a les moyens de traiter 600 millions "d'évènements téléphoniques" et 21 pétaoctets de données par jour. Toutes ces informations sont ensuite stockées dans les bases de données de la GCHQ, et sont accessibles librement par environ 300 de ses employés, ainsi qu'à 250 analystes de la NSA, par l'intermédiaire de l'outil "XKeyscore".

Le 29 juin 2013, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel affirme que la NSA espionnait, dans le cadre du programme de surveillance PRISM, plusieurs bureaux de l'Union européenne : les représentations diplomatiques à Washington et aux Nations unies, mais aussi le Conseil européen à Bruxelles. « Il y a cinq ans, les services de sécurité européens ont constaté l’existence d’un système d’écoutes et d’espionnage sur le bâtiment Justus Lipsius, siège du Conseil de l’UE, qui remontait jusqu’au QG de l’Otan [dans la banlieue de Bruxelles] », écrit le Spiegel.

D’après un document classé « strictement confidentiel » et daté de septembre 2010, la NSA a implanté du matériel d'écoute dans les bureaux de l'UE à Washington et aux Nations unies, et était en mesure, non seulement, d'écouter les conversations téléphoniques, mais aussi d'accéder aux documents et aux e-mails des diplomates européens.

En plus des adversaires idéologiques traditionnels et des pays sensibles du Moyen-Orient, la liste de cibles inclut les missions de l'UE et les ambassades de France...

Le 29 juin 2013, dans un second article, l’hebdomadaire Der Spiegel révèle que la NSA reçoit quotidiennement les données issues des communications sur les réseaux téléphoniques français (jusqu'à 7 millions par jour en janvier 2013) et allemands (jusqu'à 60 millions par jour en janvier 2013).

Le 31 juillet 2013, The Guardian publie un article détaillant les fonctionnalités du programme X-Keyscore qui permet d'examiner "quasiment tout ce que fait un individu sur Internet", y compris le contenu des emails, l'historique de navigation d'un utilisateur, des sites visités ou recherches effectuées, ainsi que les activités sur les réseaux sociaux. Les partenaires du traité UKUSA seraient ainsi capable d'intercepter, sans autorisation préalable, l'ensemble des communications internet en temps réel, grâce aux 500 serveurs déployés dans 170 sites incluant la majeure partie des pays européens.

Le 29 août 2013, le Washington Post... 16 agences de la Communauté du renseignement des États-Unis... 827 employés ont comme compétence linguistique le français. Le cyber-espionnage et le sabotage électronique, mené par la NSA et la CIA, est la cinquième priorité de la Communauté du renseignement américaine.

Le 1er septembre 2013, le Spiegel révèle que la France figure sur la liste officielle des cibles de la NSA et a espionné le ministère français des Affaires étrangères. Un document classé "top secret" de la NSA datant de juin 2010 et fourni par Edward Snowden, indique que l'agence de renseignement américaine a réussi à accéder au réseau informatique du Quai d'Orsay, qui relie Paris à ses ambassades et consulats pourtant protégé par un VPN, ainsi qu'à certains sites liés au domaine internet diplomatie.gouv.fr. Un autre document de la NSA daté de septembre 2010 montre que la NSA a espionné les communications de la représentation française aux Nations unies à New York ("opération Blackfoot") et de l'ambassade française à Washington ("opération "Wabash") grâce à des micros. Un troisième document indique que les services de renseignements américains s'intéressent aussi à la politique étrangère française, notamment en matière d'industrie militaire et de stabilité économique.

Le 9 septembre 2013, le journaliste Glenn Greenwald indique... que la NSA a réalisé des opérations d'espionnage économique ... les réseaux du ministère français des affaires étrangères, de Google et le réseau interbancaire SWIFT ont été espionné, ainsi que des banques...

Le 11 septembre 2013, le Guardian révèle que ... la France espionne le département de la Défense des États-Unis.

Le 28 septembre 2013, le New York Times révèle que, depuis 2010, la NSA a commencée à réaliser des profilages de citoyens du monde entier...

Etc. ...

Souvenir : Il y avait un grand visionnaire

EN 1961, la Grande Bretagne demande à entrer dans la toute nouvelle CEE (traité de Rome de 1957). Mais, 14 janvier 1963, le général de Gaulle oppose son véto, considérant la Grande Bretagne un cheval de Troie des États Unis !

Perfide Albion !

Prism et Cie - Les révélations d'Edward Snowden
Image
__________________
Pierre (aka Terdef)
Appel à donation - Le site a besoin de votre aide

Comment je me fais avoir/infecter ? - Protéger navigateur, navigation et vie privée - Bloquer publicité et surveillance sur le Web
Accélérer Windows - Accélérer Internet - Décontamination - Installer Malwarebytes - Forums d'entraide

Il ne sera répondu à aucune demande de dépannage posée en MP (Messagerie Privée). Les demandes doivent être publiques et les réponses doivent profiter au public.
Image
Avatar de l’utilisateur
pierre
 
Messages: 29448
Inscription: 20 Mai 2002, 23:01
Localisation: Ici et maintenant

Retourner vers Agora (Carrefour de débats et d’idées.)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron