Page 1 sur 2

OK Internet : une campagne contre le piratage musical

MessagePosté: 22 Déc 2004, 23:01
de Guigui541
Internet : une campagne contre le piratage musical

Une campagne de sensibilisation auprès des internautes sur les risques du téléchargement illégal de musique a été lancée hier. Elle intervient alors que l'industrie du disque est confrontée à une grave crise des ventes.


L'ANIMATEUR de télévision Ariel Wizman est le porte-voix d'une campagne de sensibilisation lancée hier pour mettre en garde les internautes contre les risques du téléchargement illégal de musique.
Un message lu par l'animateur va être envoyé aux « internautes pirates » par l'intermédiaire de fichiers émissaires adressés aux différents logiciels d'échange. Ce message sera inséré dans le fichier support du morceau de musique avec l'autorisation des artistes interprètes.
L'internaute qui téléchargera ce fichier découvrira le message d'Ariel Wizman lorsqu'il voudra procéder à l'écoute. Résultat : l'internaute aura échoué à télécharger son morceau de musique, qui est interrompu par le message, et il sera mis en garde contre d'éventuelles poursuites judiciaires.
« Vous venez de tenter de télécharger un fichier musical protégé. Ce faisant, vous faites courir des dangers [.] aux artistes et à l'industrie musicale », affirme le message.
« Vous pouvez facilement être identifié et poursuivi devant la justice par les ayants droit ; vous risquez aussi d'attraper un virus informatique », met-il en garde. « Pour profiter de la musique en toute liberté, il existe des solutions de téléchargement légales et sans risques », affirme-t-il.
Les internautes avertis
Pendant cette campagne, qui durera deux mois, près de 100.000 fichiers émissaires vont être diffusés sur Internet.
Ce projet a pu être réalisé grâce à la collaboration entre les fournisseurs d'accès à Internet, qui apportent leur espace serveur, et les ayants droit de la musique, qui fournissent les fichiers support.
« Les internautes ne pourront plus dire qu'ils n'ont pas été avertis », a souligné Marie-Christine Levet, présidente de l'association des fournisseurs d'accès à Internet.
En outre, l'industrie du disque va lancer en janvier une campagne d'affichage avec une douzaine d'artistes pour dire qu'il faut télécharger légalement sur Internet, a annoncé Hervé Rony, directeur général du Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP).
« Il faut que le ministère de l'Education nationale mette au point un programme de formation à l'Internet dans lequel il y ait un véritable volet sur la propriété intellectuelle, parce que si on ne forme pas assez tôt les petits Français, nous n'y arriverons jamais », a indiqué par ailleurs M. Rony.
La campagne de sensibilisation lancée hier intervient alors que l'industrie du disque est confrontée à une crise des ventes qu'elle attribue au téléchargement illégal.
Le 28 juillet, les pouvoirs publics, les fournisseurs d'accès Internet et les principaux représentants de l'industrie musicale ont signé une charte prévoyant le dépôt de plaintes pénales et civiles contre les « pirates » de l'Internet.
Début octobre, le SNEP a annoncé qu'une cinquantaine de plaintes avaient été déposées depuis juin. Dans le cas des poursuites pénales, la loi prévoit des peines pouvant aller jusqu'à trois ans de prison et 300.000 euros d'amende.

Que pensez vous de ceci?

:Mouaaarrrrffffffff: :shock:

MessagePosté: 22 Déc 2004, 23:07
de césar
bonsoir guigui,

ce genre de post aurait plus sa place dans le bistrot, je crois. :wink:

MessagePosté: 22 Déc 2004, 23:12
de piratebab
Bonsoir,
je répondrai par une question.
Je cherche une chanson des RUBETTES (pourquoi ce nom de groupe complétement oublié m'est il venu en tête, mystére ...), je vais donc chez un disquaire d'occasion pour chercher ce 45 tours. L'artiste touchera t il des royalties sur cet achats? Je ne suis pas spéblurpte des droits musicaux mais j'en doute.
Pourquoi n'en serait il pas de même sur Internet ?

Autre exemple: je cherche un enregistrement pirate des Stones à l'Olympia. Je suis sûr que je vais le trouver si je cherche bien. Mick et ses copains ne vont rien toucher sur cette transaction. On n'a donc pas attendu internet pour le piratage (voir le film DIVA).

Par contre le chargement illégal de titres récents, trés peu pour moi. Je n'y vois aucun intérêt, puisque je peux le trouver dans n'importe quel supermarché pour un prix trés raisonnable.

MessagePosté: 23 Déc 2004, 00:23
de piercoco
Bonsoir,

toujours la même chose ... encore et encore, avec les K7 il n'y a jamais eu de pb à ma connaissance, ni les VHS non plus !!

Difficile de fouiller les greniers et caves de France et de Navarre !!!

Avec un cd ou un dvd la copie reste possible, il faut en acheter au moins un, comme avec les autres supports, la copie n'est pas plus détectable pourquoi serait-elle plus criminelle ?

Un cd acheté peut être copié x fois pour x individus qui le copieront x fois ... etc (voir le conserver sur PC).

La limite est la communication, plus restreinte que via le net, mais sauf les revendeurs de copies, qui eux sont condamnables,
Pourquoi tant de bruit, le support a changé, ben oui, tout évolue, tout augmente et tout va plus vite, faut suivre .... :wink:

Je ne comprends toujours pas pourquoi l'on autorise la diffusion générale d'un produit ou d'une technique et que l'on en pénalise son utilisation, ya ka et y fo kon y mettent des limitations ou des solutions alternatives ... (terme politique très technique)
:wink: :wink:

Rêvons.

MessagePosté: 23 Déc 2004, 02:37
de pierre
Bonsoir,

Bien que n'utilisant aucun outil de P2P, je suis farouchement opposé aux premiers copieurs, l'industrie musicale. Je souhaite rémunérer les artistes mais certainement pas une compagnie qui s'arroge un droit de copie à vie et me le fait payer très cher. Si l'artiste me propose son oeuvre (et si elle me plait) je la lui paye et je fais mon affaire de la copie, de la jaquette, de la boite autour etc. ...

Tiens ! Je cherche du Métallica. Je suis allé hier à la FNAC. 30 € un CD !!! Pour le même prix je suis ressorti avec 3 DVD. C'est avec ce genre de pratiques que l'on fait pousser des boutons aux consommateurs.

Bonne nuit

MessagePosté: 23 Déc 2004, 09:16
de Tesgaz
Salut,

l'industrie du disque se casse la gueule!
Ce n'est certainement pas à cause du piratage sur Internet,
Quand on est une entreprise, pour voir ce qui va se faire dans X années, on fait de la prospective, en ont-ils fait il y a quelques années ?
Le p2P ne date pas d'hier, et ils n'ont pas pris le train en marche, quand Nasper a démocratisé le P2P, plutôt que de lui intenter des procès, c'est là qu'ils auraient dû eux aussi proposer de la musique par cet intermédiaire avec des prix abordables,
le CD existe depuis des années, les graveurs aussi, la seule maison de disque qui l'a compris, c'est Philips à l'époque de la sortie de son graveur, ils ont arrêté de suite la commerblurpation de vente de musique

Avant, un artiste faisait une chanson "tube" sur la face A, et un nanard sur la face B, aujourd'hui on fait faire un minimum de 12 chansons aux nouveaux chanteurs inconnus 3 jours avant, et on se demande pourquoi ca ne marche pas ?
Tout ca pour vendre un album qui rapporte plus qu'un single, qu'en est-il des 11 chansons pourries livrées avec que le client ne veut pas forcement ?

L'industrie du disque a inventé de toute pièce des nouvelles stars, avec des émissions qui leurs sont entièrement dédiées, ce serait plutôt des étoiles filantes avec une serie de chansons baclées sous des airs plus ou moins connus, ou des reprises d'anciens tubes, tout ça pour faire du fric à gogo...

Le prix d'un CD est hors de prix pour le consommateur, souvent des jeunes qui n'ont pas de gros moyens, faut qu'il apprennent à se mettre à leur portée parce 40% de marge sur un CD, alors que l'artiste n'en touche que 7%, je crois qu'ils ne livrent pas un combat pour les artistes mais pour leurs propres comptes

et l'état qui lui, quoi qu'il arrive, prend 20%, pourquoi ?

Avant dans les pubs à la télé, on était envahi par les lessives, aujourd'hui, c'est l'industrie du disque qui fait un foin avec des remix de remix repasteurisé et j'en passe et des meilleures, à croire qu'on mange de la musique,
il y a certainement d'autre moyen que la pub à la télé qui coûte des sommes colossalles pour faire connaitre un artiste, la premiere, c'est de faire des musiques qui donnent de l'émotion, des vibrations, de proposer des programmes musicaux sur les radios qui soient indépendantes de l'industrie du disque pour faire découvrir de vrai Artiste avec un grand A, et non pas un artiste de pacotille qui va durer le temps d'un prime

alors des pistes pour que l'industrie ne prenne pas un bouillon, y en a plein, qu'ils fassent correctement leur métier en se remettant en cause...

MessagePosté: 23 Déc 2004, 09:50
de piratebab
Bonjour,
je ne suis pas d'accord quand vous dites que l'industrie du disque ne fait pas de prospective: ils en font, et il en sort la star Ac!

Qui à entendu Hubert Felix Thiefaine à la radio ? Et pourtant ça fait des années qu'il fait des concerts et qu'il vend des disques.
Et Iron Maiden? J'ai vu qu'ils faisaient bientot un concert à Paris. A leur âge! Ils n'hésitent pas à mouiller la chemise pour être avec leur public. Ce n'est pas dans la salle de répétition d'un chateau, ou sur un plateau de "prime" qu'on fait une longue carrière.
A moins que le raisonnement soit le suivant: on fait des disques à durée de vie courte, comme cela les pirates ont moins de temps pour les copier!

rédigé en écoutant Led ZEPPELIN

MessagePosté: 23 Déc 2004, 12:18
de pierre
Bonjour,

J'ai vu l'affichage pour Iron Maiden. Ca c'est le genre de truc pour lequel je mets de côté histoire de ne pas louper les respirations fortes d'une époque où l'oreille est à l'agonie.

Il y a des valeurs qui ressortent du placard où l'industrie musicale tente de les fourrer. Je ne comprends absolument pas ce besoin impérieux qu'ils ont à vouloir nous imposer des renouvellements à coups crétins congénitaux n'ayant rien à dire, voire aller jusqu'à tenter de créer des phénomènes de modes dans nos profils d'auditeurs ou de spectateurs.

Ces "ré-apparitions" d'un passé glorieux ne sont pas les soubresauts d'une musicalité moribonde, fusillée au rap (pour ne citer que cette horreur), et à la starac (pour ne citer que cette usine à nivellement par le bas) d'une société indolente qui n'a aucun combat à mener, mais la fin de la convalescence de choses fortes nées de convulsions douloureuses d'une société combative aux messages poignants trempés dans le sang de la guerre d'Algérie, du Vietnam ou de mai 68.

Et lorsqu'ils ne reviennent pas ou ne reviendront plus jamais, ce sont leurs oeuvres qui sont reprises.

Et Mark Knopfler aussi, bientôt, et ses cascades ou fleuves tranquilles de notes sur sa Gibson.

S'il n'y avait que l'argent pour haïr l'industrie musicale... Il y a ces tentatives de formater nos cultures, nos oreilles, nos images ! Combien ont encore leur libre arbitre ? A quoi sert le libre arbitre lorsqu'un seul genre est offert à la consommation, lorsque le choix n'existe plus ?

Bonne journée.

MessagePosté: 23 Déc 2004, 13:20
de Tesgaz
hello,

la France et les fournisseurs de viande viennent de voir une baisse de 18% de leurs activités,

il faut absolument arrêter de télécharger des steacks sur le réseau P2P !!!

voilà, c'est le vrai constat de l'industrie, quelle qu'elle soit

MessagePosté: 23 Déc 2004, 13:51
de Vazkor
Bonjour,

Quand le pouvoir d'achat des familles se réduit, le premier poste qui en souffre est sûrement celui des loisirs.
Les jeunes, greffés de l'oreille, ont aussi besoin d'argent de poche pour une autre imbécilité à la mode, leur GSM.

Si les majors avaient autre chose à offrir que la soupe actuelle, peut-être bien qu'ils vendraient encore des CD, mais de toute façon plus comme avant.

C'est sûrement pas avec moi qu'ils perdent de l'argent à cause du P2P, que je n'ai jamais utilisé.
Je n'ai plus acheté un seul CD depuis au moins 10 ans. Et encore le dernier c'était un CD double de 34 titres "Flûte de Pan LES PLUS GRANDS THEMES".
Pour écouter de la musique quand l'envie m'en prend, j'allume la radio et je cherche le plus souvent une chaine qui diffuse de la musique classique.

@+